Projet cioyen 3 création 2008

  

« Si ce n’est toi »  (éditions de l’Arche) 

d’Edward BOND 

  

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



     








    

                            

 

 

               Compagnie  la Variante  théâtre    

  Accueil                                    Spectacles adultes depuis 2004

 Projets citoyen 3 : "Si ce n'est toi"


 

"Si ce n'est toi"

d'Edward Bond

            création 2008

 

 

extrait vidéo



  Dialogues

 

 

 

Traduction : Michel Vittoz     



                               

 

                   

                       

 

 

 

 

 

                       film d'Airelles vidéo avec interviews du public et des acteurs

Avec

                                             Valérie Hernandez : Sara              

                                             Yann Le Corre : Jams

                                              Michel Ducros : Grit

  

                                             acteurs et metteurs en scène

  

                                                                                                 assistante : Sophie Brassenx

  

  

                                                                                                               Denis Charpin : scénographe,

                                                                                                                                                                                          Martine Hernandez : costumes ,

                                                                                                                                                                                          Jocelyne Rodriguez : lumières.

  

                                                             photos  : Philippe Nou

  

  

 


  2077 dans une société où le passé  et les liens  familiaux seraient 

interdits : que resterait-il des humains ? 

   

 

  

spectacle créé à Lambesc en 2008 et théâtre Vitez janvier 2009

  


  

 

 

    

 Présentation


Pièce d’anticipation : notre société en 2077 ?


« Si ce n’est toi » pourrait être un vaudeville avec le schéma classique deux hommes, une femme. Seulement, entre le mari et la femme, ce n’est pas l’amant qui vient s’immiscer mais le frère. Et l’on apprend dans la foulée que les liens et le passé familiaux sont interdits dans cette société future proche.

            Sara est une femme au foyer. Quelqu’un frappe à sa porte souvent mais il n’y a jamais personne quand elle va l’ouvrir. Jams, le mari, entre, il travaille dans « les services », des sections en uniforme chargées de l’ordre et raconte à Sara sa journée de travail : l’arrestation d’une vieille femme dans les ruines de l’ancienne cité. Arrive un homme, Grit, qui se dit être le frère de Sara mais tout lien de parenté comme toute trace du passé sont interdits dans cette société. Il sort une photo de deux enfants : sa sœur et lui et ce geste anodin va déclencher des événements de plus en plus grotesques jusqu’au paroxysme d’une fin tragique.

            Ce spectacle pose dans une forme à la fois simple et poétique la question du devenir humain dans une société qui pourrait ne plus l’être…


                            

  

  

                                                      Introduction :   


Rappel :

Le  projet citoyen  1 : « Auprès de la mer intérieure » de Bond

Le  projet citoyen  2 : « La mort de Danton » de Büchner 

Le  projet citoyen  3 : « si ce n’est toi » de Bond.


      Depuis 2003  les  projets citoyens, commencés avec Bond(1), poursuivis avec Büchner(2),  finis avec Bond (3), sont des  voyages dans le temps en compagnie des auteurs : Bond, qui nous parle de la Shoah, Büchner qui nous fait remonter le temps vers la révolution française pour mieux nous interroger sur le pouvoir et la folie en  politique, interrogations du passé qui questionnent  l’avenir, et de nouveau   Bond notre contemporain qui  nous entraîne en 2077…


      Bien sûr au passage nous nous sommes transformés, nous faisons un travail plus collectif, nous jouons et nous mettons en scène en même temps. 

      Cette imagination dont parle tellement Bond c’est la notre, celle du public, des jeunes en particulier qui sentent l’apport de ces poètes indispensables à la compréhension du monde. L’émergence  d’un nouveau public dans les collèges, lycées, villages et les relais qui s’y construisent avec d’autres aussi, nous conforte dans le choix de ces textes politiques.


  

   Dans « si ce n’est toi » les personnages ne se voient pas, le comique n’est possible que ne notre point de vue de spectateur actuel ;  si nous arrivons à rendre ça évident, chacun mesura alors la régression  de civilisation décrite par Bond, le totalitarisme se constituera sur les lambeaux de notre démocratie.

      Enfin pourquoi cette pièce, plutôt que « le crime du XXIeme siècle »  par exemple  ou « naître » ? La société  est la même, des suicides collectifs en plus, l’horreur là se manifeste dans ce qui reste des  relations intimes c’est à dire peu de choses : sauver sa peau sans l’autre …le système ne peut pas être remplacé, il s’auto- détruit …


Ce qui nous  travaille et pourquoi ce corpus de recherche : 


      A une époque où les deux premières puissances démocratiques légalisent ou banalisent la torture et vont même jusqu'à l'élimination physique des personnes critiquant le pouvoir, nous pouvons nous interroger sur le devenir de nos sociétés. Sans prendre Edward Bond pour Cassandre, il devient plus tangible que l’absence de mémoire ou sa canalisation  par les autorités, que le déplacement des populations, la répression la plus brutale, sont une réalité à la fois dans chacune de ses dernières pièces et dans un avenir probable ou en tout cas possible dans ce siècle et dans nos sociétés.

      C’est ce rapport nouveau de l’homme  à ces violences qui nous intéresse, comment le représenter ? Quelle part d'hésitations, d’interrogations  se manifeste pour l'acteur  à travers son jeu ? Il est clair que cette violence n’est plus cathartique (terreur et pitié), il s’agit d’autre chose …trouver le moment critique d'une situation …ce moment existe-t il encore ?

Quelques pistes de travail : la mécanique du quotidien déréglée par l'urgence des situations, le potentiel de survie que l'on peut mesurer chez un être humain, l'adéquation ou pas  entre le  jeu d'acteur et  la fable à raconter...   

        

      Une seule pièce pour cette problématique sur la violence  nous semble insuffisante :

Le Crime du XXIème siècle,  Si ce n’est toi, Existence, Chaise, naître et le numéro d'équilibre, de Bond  et Anéantis de Sarah Kane seront le corps de notre recherche d’acteurs, afin d’apporter notre pierre à l'édifice d’une réflexion sur le sujet.


 

 Une pièce de science fiction ou une fiction de pièce ?

     

 On frappe à la (notre) porte. Qui est là ? Personne ? Mais en réalité Edward Bond nous a envoyé un drôle de personnage, invisible mais pourtant bien perceptible et prévisible pour nous, citoyens et spectateurs des années 2000 : le 18 juillet 2077.

Ce personnage est inhumain d’abord parce qu’il n’a pas l’apparence ou l’image de l’homme, à contrario des trois autres personnages de la pièce, ensuite parce qu’il est censé ne pas exister dans le temps présent, enfin parce qu’il semble drainer avec lui, voire annoncer le cataclysme de la fin de la sociabilité donc de l’humanité.

      Parmi les objets figurant « 18 juillet 2077 » nous avons une chaise simple et quotidienne, une photo d’enfant commune, mais aussi un manteau tapissé d’os et recouvert de cuillères. Ces objets vont respectivement révéler, déclencher et témoigner du désastre de l’effacement de l’humain qui pourrait aller jusqu’à sa disparition.

       L’avertissement que nous assène Bond devient cinglant lorsqu’on entrevoit que la seule résistance humaine possible est le suicide qu’il soit collectif ou individuel et que « le vrai suicide est précisément celui que nous ne commettons pas » *

     Pour appuyer son propos du délabrement de l’humain jusqu’à son effacement possible, E.Bond, tout en étant fidèle à son style en apparence réaliste, a recours à une forme dramatique particulière.

En effet la pièce n’est pas découpée en acte ni en scène mais simplement ponctuée par trois chiffres : 1, 2, 3. De même trois acteurs jouent des monologues, des dialogues (le plus souvent sans écoute), des soliloques, mais quasiment jamais en trio, ce qui accentue l’impossibilité du collectif et du sociable.

      Le style est souvent laconique, la syntaxe tellement amputée qu’elle produit un manque, les mots sont souvent monosyllabiques  et même élagués à l’instar du premier prononcé par Jams : « soir », ou supprimés pour faire place à de nombreux silences ou absences de réaction intrigants.

 

Les cris, pleurs ou hurlements viennent accentuer le délabrement des mots.

      Ainsi par cette écriture dramatique qui passe d’un style contemporain à poétique, à farcesque pour finir tragique, E.Bond braque les projecteurs, en négatif, sur les richesses de l’humain en nous en présentant ses lambeaux. Les figures qu’il développe à l’instar de celle de la chaise, nous enjoignent à laisser à la porte « 18 juillet 2077 », pour en inviter, en inventer un autre.

Pour les trois personnages humains de la pièce il est trop tard, car « l’abîme est si profond que l’on ne voit pas que l’on tombe »** Et pour nous ? Résisterons-nous ?


* selon l’expression de l’un des pionniers de l’anti-psychiatrie : David Coope**René Char

 Qu’est-ce que cette pièce nous raconte du monde? 

 

 Que l’art soit un questionnement incessant sur nos pratiques humaines, qu’il soit l’émanation d’une poésie visionnaire ou qu’il ne se veuille qu’une simple transposition de la réalité, Bond ne tranche pas et c’est ce qui nous rend si proches de son univers à la fois simple et complexe.

      « Si ce n’est toi » pourrait être un vaudeville avec le schéma classique deux hommes, une femme. Seulement, entre le mari et la femme, ce n’est pas l’amant qui vient s’immiscer mais le frère. Et l’on apprend dans la foulée que les liens et le passé familiaux sont interdits dans cette société future proche.

      Une autre question est soulevée par Bond, la pièce commence en 1 par des coups frappés à la porte, Sara (la femme) a une attitude étrange, décalée, pour l’ouvrir et ne trouve d’ailleurs personne derrière. Cela ne l’empêche pas de s’adresser à des gens derrière la porte : « allez-vous-en ! », Le mystère s’épaissit quand Jams (le mari) rentre du boulot. Il raconte sa journée de fonctionnaire, son uniforme renvoie à la police ou à l’armée, pendant que Sara est  seule à entendre à nouveau des coups frappés à la porte durant son récit.

      Lorsque Grit (le frère) arrive, l’accueil qui lui est  réservé est pour le moins inamical, et une photo de deux enfants (sa sœur et lui) qu’il a sorti va être le déclencheur d’une dispute mortelle entre les trois.

      Au-dessus de cette histoire individuelle plane l’ombre menaçante d’un pouvoir post capitaliste totalitaire qui interdit tout lien familial et toute différenciation : Tout le monde habite le même appartement avec le même mobilier réglementaire dans de mêmes cités nouvelles suite à des vagues de suicides collectifs inexplicables. Les rebelles et les vieux (qui ont encore une mémoire) sont pourchassés et éliminés méthodiquement.

      Sara, pourrait être sollicitée par les morts tous ces « suicidés de la société »*, qui dans un échange symbolique et néanmoins réel viennent lui demander des comptes, et frappent à sa porte pour communiquer avec elle. La photo des deux enfants mise sur la table par Grit va être l’élément déclencheur de dispute et de meurtre, seule solution pour se débarrasser de ce beau-frère et frère interdit.

     Alors s’exprime l’état de survie et d’angoisse dans lequel sont plongés les gens, ces trois–là n’étant qu’un moyen métonymique de parler de l’ensemble de la société, pour en arriver à un quotidien absurde et tragiquement drôle :

        

*Une formule qu’Artaud avait employée au sujet de Van Gogh, sauf qu’ici il ne s’agit plus d’un artiste isolé mais d’anonymes en très grand nombre. 

Grit, examinant le sac à dos. Il a cassé la lanière !

         Sara tourne la chaise. Liberté !

         Sara tourne la chaise. Laisse-la !

Jams tourne la chaise. Il me faut un peu de discipline

Grit, soulevant le sac pour le montrer. Regarde !

Jams tourne la chaise. Discipline !

            Grit prend l’autre chaise. 

         Sara et Jams. O mon dieu !

 Le drame va se nouer en 3, quand après un échange rêvé et/ou réel où Sara reconnaît Grit comme son frère, elle choisira de s’empoisonner à la place de son frère, ultime sursaut de liberté qui permet de rendre à Sara et Grit leur humanité et rejette Jams dans l’enfer du quotidien.

Hurlant, il titube vers la cuisine. Un coup est frappé à la porte. Jams se retourne et crie dans sa direction. 

        

Jams. Va te faire foutre !


Il sort par la cuisine en hurlant. FIN

                    Dans notre société qui nie la mort, le mythe lui aussi se meurt, et nous sommes condamnés à vivre dans l’angoisse de notre mort prochaine, est-ce pour cela que nous détruisons méthodiquement notre planète ?

      Sara est une Antigone tragiquement dérisoire non plus sublime dans son commerce avec les morts et les liens familiaux indéfectibles, comme l’était Antigone envers sa famille et son frère Polynice, mais d’un individualisme plein de mauvaise foi et de haine. Pourtant c’est bien sa liberté d’être humain qu’elle affirme en choisissant le suicide, c’est bien les liens familiaux symboliques ou réels qu’elle revendique en place de la vie de couple mortifère et close sur elle-même qu’elle mène avec Jams. Elle symbolise à son tour ce qui reste du mythe quand celui-ci n’est plus, ce qui reste de l’humain quand l’inconscient remplace l’échange collectif.

      En fait, la distorsion opérée par Bond, ne fait que nous renvoyer crûment à notre société ultra individualiste dont la folie s’exprime par une consommation ridicule et dangereuse, insignifiante et mortelle tout en réussissant à nous faire sourire de nos propres travers. Il nous amène à nous poser des questions actuelles sur la place des morts, des vieux et pour tout dire de l’imaginaire et du symbolique dans nos sociétés gavées d’angoisse et de solitude.

                                                          

      Le symbolique n’est ni un concept, ni une instance ou une catégorie, ni une structure mais un acte d’échange et un rapport social qui met fin au réel, qui résout le réel, et du même coup l’opposition entre le réel et l’imaginaire.


                L’échange symbolique et la mort / Jean Baudrillard 

  

 Valérie Hernandez, Yann Le Corre et Michel Ducros (juillet, août 2007.)

 

  

                                photo Charpin

  

article la Marseillaise