Compagnie  la Variante  théâtre    

  Accueil                           Archives + Spectacles adultes depuis 1993

  •   
    •  
      •                        

 

 Archives :                              Au But                                                                                                                                                                             Barbe-Bleue

 

 

 

 


                      "Antigone" : festival Avignon off 1994

adaptation de Sophocle par Valérie Hernandez.


            "Une tentative de relire le monde ancien avec les codes modernes"


Mise en Scène : Michel Ducros


avec : Thierry Lemazurier ; Isabelle Arnoux ; Olivier Hidreau ; Yves Michel Yvelyne Luchesi  ; Valérie Hernandez.


     




             "Eté" : Marseille 2000 :Thierry Lemazurier

"l'irruption de la tragédie grecque dans le théâtre contemporain"


 

 

                                                                                                          

 

 

 

 

 

 

 

 

      

 

 

 

 

 


        « Les désastres qui sont les nôtres Auschwitz, Hiroshima et le reste ne se produisent pas parce que quelque chose se détraque dans notre civilisation. Ils sont le résultat immédiat de son fonctionnement normal et quotidien, de la façon dont nous assurons notre gagne-pain, de notre économie et de notre culture », nous dit Edward BOND (libération du 31 décembre 1999). Nous sommes responsables du futur et aussi du passé.

          C’est bien comme cela que les personnages/acteurs « d’Ete » se retrouvent sur la scène : ils jouent devant des spectateurs et les morts goguenards de l’histoire guerrière, les fusillés de l’île. Ils ne portent rien ou tout, c’est selon : la mort de Marthe dépasse les autres, pas elle. Xenia est révoltée par les révélations de l’allemand pourtant source de vérité.

Travailler BOND, c’est travailler sur la conscience de ce que nous pouvons être et produire comme sens avec cette matière humaine et ses variations, dans un mouvement conflictuel produit/acteur de l’histoire.

          j’aimerais que nous touchions cet endroit, ce point d’intimité de l’histoire, ce petit Nuremberg de la conscience, l’aller retour entre discours intime et public, son élaboration accompagnée de sa souffrance et de sa libération : j’aimerais que les acteurs abandonne leur pudeur.

          Les méandres de la justice et de sa recherche peuvent « rationnellement » étonner.

          Pourquoi aimons-nous Marthe et pas Xenia ?

          Pourquoi plus Antigone que Creon ?

          Chacun a ses raisons. Pourtant nous sommes du côté de la justice même si son apparition est violente car c’est le seul moyen de l’appréhender.

 

 

 

 

Février 2000                                               Michel DUCROS.